Sauter la navigation.

CONTACT

Ingrédients

  • Etat actuel des recherches scientifiques sur l'Andropause

    Qu’est-ce que l’andropause ou DALA ?
    Il existe une diminution des hormones mâles chez certains hommes âgés de plus de 50 ans. Cet hypogonadisme (diminution de l’activité des testicules) est associé à une série de symptômes liés au vieillissement masculin, psychologiques, physiques et sexuels tels que manque d’énergie mentale et physique, diminution des fonctions intellectuelles et musculaires, irritabilité, nervosité, dépression, difficultés de concentration, diminution du contenu en calcium des os aboutissant à l’ostéoporose, obésité abdominale, développement des seins et diminution de la pilosité corporelle, diminution du désir et troubles de l’érection, troubles urinaires découlant de l’hypertrophie de la prostate (BPH).

     

      
    Ingrédients andropause 
    Conclusion 
    Références 

     

     

  • Etat actuel de la recherche scientifique sur les Ingrédients Anti-stress et Bien être

    Bref historique du stress et définitions
    Agitation, énervement, nœuds dans l’estomac, cœur qui accélère, bouffées de chaleur ou frissons, respiration rapide, bégaiement : voilà le stress qui s’empare de vous ! Contrairement à ce que certains discours actuels laissent penser, le stress n’est pas une maladie de l’homme moderne, mais un mécanisme de défense face à un agresseur présent chez tous les êtres vivants et permettant une réponse physiologique stréréotypée afin d’assurer adaptation et survie.
    Le mot stress vient du latin stringere qui signifie serrer, tendre ou étreindre : ce terme a donné le mot français détresse, repris en anglais sous la forme de distress pour aboutir au mot stress. La signification littérale du mot stress est donc pression, contrainte ou encore agression et le mot désigne aussi bien l’action de l’agent stresseur que la réaction de l’organisme.

    Introduction
    Bref historique du stress et définitions
    Les trois composantes du stress 
    Comment le corps réagit-il au stress ?
    Physiologie du stress : rôle des systèmes neuro-hormonaux
    Rôle de l’angiotensine
    Rôle de la sérotonine
     
    Stress et nutrition
    Différence entre bon et mauvais stress 
    Symptômes et pathologies induits par le stress
    Stress et inflammation
    Stress, système nerveux et mémoire 
    Stress et prise de poids 
    Stress et vieillissement prématuré
     
    Traitements médicamenteux du stress et des états anxieux 
    Anti-dépresseurs 
    Impact sociologique et économique du stress

    Références

  • ETAT ACTUEL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE SUR LES INGREDIENTS ANTIOXYDANTS

              

    Anti-âge et Antioxydants
          
    Vieillissement cutané & Antioxydants 

    La peau est constituée de couches superposées : l'épiderme, le derme et l’hypoderme.
    L'épiderme ou couche superficielle recouvre le derme et reproduit la surface de la peau avec ses saillies, ses dépressions et ses orifices. Il est principalement constitué de kératinocytes qui le structurent. C'est à la jonction derme-épiderme que se trouvent les mélanocytes (élaboration de la mélanine).
    Le derme est la couche essentielle de la peau. Il lui confère sa résistance et son élasticité car la résistance de la peau à l'étirement est considérable. On trouve dans le derme des protéines telles que le collagène qui assure soutien, extensibilité et résistance, les fibres d’élastine qui permettent l’élasticité de la peau saine, des polysaccharides pour son hydratation et des cellules, les fibroblastes, véritables usines de production des différents constituants du tissu conjonctif. Le derme repose sur l'hypoderme qui assure la jonction avec les structures anatomiques sous-cutanées. L’hypoderme est un tissu de réserve adipocytaire.
    La couleur de la peau est due à la répartition en surface de quatre pigments : la mélanine brune, le carotène jaune à orange, l'oxyhémoglobine rouge et la carboxyhémoglobine pourpre. Des facteurs nutritionnels, d'environnement (soleil) et génétiques influencent l’accumulation de ces pigments en certains endroits de la peau. 
    I. Définitions
    1. Présentation de la peau

    2. Effets du vieillissement sur la peau
    a. Action des rayons UV

    b. Signes du vieillissement cutané

    c. Origine du vieillissement cutané

    d. Relation entre le vieillissement et l’activité de la collagénase et de l’élastase

     

    II. Influence des différences hormonales hommes/femmes  

     

    III. Quels moyens pour prévenir / retarder le vieillissement cutané ?

    1. Cosmétique locale

    a. Effet escompté
    b. Paramètres pour démontrer l’efficacité d’une crème
    c. Limites de la cosmétique locale
    2. Cosmétique orale

    a. Effet escompté

    b. Paramètres pour démontrer l’efficacité d’un complément oral

     c. Limites de la cosmétique orale

    3. Rôle des antioxydants dans les cosmétiques
    a. Principaux antioxydants utilisés

    b. Mécanismes d’action dans la lutte contre le vieillissement cutané et nouvelles molécules actives [32]
    4. Différences entre cosmétique orale et locale

     

    IV. Relation pigmentation et protection peau

     

    Références

  • Nutrition & Beauté
    Rôle des aliments et des compléments alimentaires dans la beauté de la peau
    Introduction

    D’une manière croissante, le bien-être et la beauté sont associés à l’observance d’une bonne discipline de vie, dont une alimentation équilibrée est une composante indéniable. De plus le marché de la « lutte contre l’âge » est d’une importance considérable. L’expression « beauté de l’intérieur » est devenue un leitmotiv sociologique et publicitaire. Nombreux sont les consommateurs qui attendent de leur alimentation qu’elle présente un certain nombre de vertus. Précisément, des aliments très particuliers – les aliments fonctionnels – ou, le cas échéant, des compléments alimentaires s’efforcent de répondre à de telles aspirations. Au-delà des revendications très générales de contribution à une meilleure santé, au bien-être corporel et mental, il appartient au consommateur de connaître ......

  • Etat actuel de la recherche scientifique sur les Ingrédients Cheveux et Phanères

    Les cellules constituant l’assise génératrice des cheveux forment un organe singulier. Celui-ci se singularise par son activité intense. Le cheveu n’est que la partie visible d’un ensemble. En réalité, une multitude de couches le constituent. La plus épaisse d’entre elles correspond à un agencement de cellules fibreuses kératinisées, déterminant entre autres l’élasticité du cheveu. La durée de vie d’un cheveu est variable (de 3 à 8 ans, en principe). Cumulée, la longueur de cheveu produite chez un individu atteint en moyenne plusieurs dizaines de mètres. Cette production tire sa source de l’activité de dizaines de milliers de follicules, qui sont les unités de base fondamentales sur le plan biologique. Les rythmes d’activité des follicules ne sont pas synchrones chez l’homme.

     

    Le follicule pileux passé au crible des techniques de la biologie moléculaire 
    Quels agents préventifs ou curatifs ?

    Le cycle folliculaire au centre des investigations actuelles  
        Structure du follicule pileux  
        Le cycle régulateur fondamental des follicules du cuir chevelu  
        Le follicule du cuir chevelu comme modèle  
        Les androgènes  
        Le cuir chevelu : un organe neuroendocrine unique  
        Stress et chute des cheveux 
        Principales pathologies capillaires 
        

    Perspectives actuelles de la recherche : les enseignements de la biologie moléculaire
     Traitement de la chute des cheveux : d’une approche structurale centrée sur la kératine à la recherche de cibles              pharmacologiques en lien avec la régulation du cycle folliculaire 
     Mécanisme de pigmentation du cheveu 
     Cycle du follicule pileux et mélanogénèse  
     Rôle et intérêt des cellules souches présentes dans les follicules du cuir chevelu 
     Le ciblage potentiel des follicules par des agents médicamenteux ou correcteurs de gène


    Biologie du cheveu et stress oxydant  
     Les conséquences cellulaires de la mélanogénèse  
     Le blanchissement du cheveu, terrain d’application privilégié de la théorie du vieillissement causé par les espèces libres d    l’oxygène 

  • Ingrédients dépigmentants et anti-Taches
    Introduction
    Les hyperpigmentations sont parfois vécues comme un authentique préjudice esthétique.
    Lorsqu’il est question de dépigmentation, c’est dans la grande majorité des cas dans une perspective cosmétique. Cependant, bien des agents à l’action dépigmentante ne sont pas dénués d’effets secondaires. Surtout, leur efficacité est parfois toute relative.

    La pigmentation de la peau découle de sa teneur en mélanine. Chez un même individu, la répartition des cellules productrices de pigment est variable en fonction de la région du corps considérée. Les différences de couleur de peau proviennent de quantités variables de pigments synthétisés et non d’une plus ....

  • Etat actuel des recherches sur la Ménopause

    La ménopause est un phénomène naturel, spontané et inéluctable qui atteint toutes les femmes aux alentours de la cinquantaine. Il est caractérisé par une série de manifestations qui résultent de l’arrêt de la sécrétion des hormones sexuelles (oestrogènes et progestérone) et des ovules par les ovaires. Cet arrêt n'est pas brutal, il est habituellement précédé d’une période de transition, qu'on appelle la périménopause, au cours de laquelle des modifications vont être ressenties, de façon plus ou moins importante selon les femmes.

    INTRODUCTION 
    Définition de la ménopause 
    Rappel des symptômes
    Effets à court terme de la carence en oestrogènes
    Effets à long terme de la carence en oestrogènes
    Traitement Hormonal Substitutif (THS)
    Effets positifs du THS
    Effets négatifs du THS

    Phytothérapie
    Qu’est-ce qu’un phytoestrogène ?
    Effets positifs de la phytothérapie
    Effets négatifs de la phytothérapie
    Quelles plantes possèdent des phytoestrogènes ?

    Quelle efficacité sur les différents symptômes ?
    Conclusion
    Références
    Tableau récapitulatif

  •  

     Etat actuel de la recherche scientifique sur les ingrédients Toniques

     
    La fatigue : un phénomène multidimensionnel
    Mesurer et caractériser la fatigue
    Les causes de la fatigue
    Hypersensibilité et résistance au stress
    Le métabolisme cellulaire et la production d’ATP
    Production d’énergie mitochondriale et stress oxydant
    La fatigue musculaire     
    Une fatigue périphérique aussi d’origine centrale ?
    Performance, mode de vie et fatigue
    La fatigue visuelle
    La fatigue comme résultante d’une pathologie sévère
  • L'ispaghul, Plantago ovata, est une plante originaire de l'Inde et du Pakistan de la famille des Plantaginacées. La graine et son tégument contiennent essentiellement des mucilages (arabinoxylanes en majorité) qui forment en présence d'eau un gel non assimilable par l'organisme. Utilisé comme émollient et laxatif, ce gel s'avère très efficace contre la paresse intestinale (constipation, colite). Utilisé dans le cadre d’un régime minceur, il ralentit l’absorption des aliments, diminue la sensation de faim et le taux de cholestérol.

    Action sur le transit intestinal
    Très riche en mucilages, la graine d’ispaghul a une action...

  • Originaire des pays asiatiques, le konjac (Amorphophallus konjac) est une plante dont les racines, récoltées à l’automne servent à des préparations thérapeutiques destinées à modérer l’appétit de personnes suivant un régime amincissant grâce à ses fibres (hydrocolloïdes) qui gonflent dans l’estomac. Les fibres alimentaires sont aujourd’hui reconnues comme des molécules capables de réduire le risque de développer des diabètes et des maladies cardiovasculaires [1].
    Le konjac est également indiqué pour diminuer la glycémie et la lipidémie de patients diabétiques.

    Activités hypoglycémiante et hypocholestérolémiante. Effet sur le diabète
    Mécanisme d’action - Etudes in vitro
    Les glucomannanes de konjac agissent en augmentant la sensibilité à...

  • Cette molécule est un dérivé soufré, tout comme la cystéine. Elle est considérée comme dépigmentante. Très certainement, elle interagit avec ....

  • La lactoferrine est une glycoprotéine liée au fer appartenant à la famille des transferrines. Son appellation découle de sa présence en forte concentration dans le lait d’origine humaine et, dans une moindre mesure, dans le lait d’origine bovine. À l’état naturel, la lactoferrine est partiellement saturée par le fer.
    La lactoferrine se retrouve dans de nombreux fluides de l’organisme en contact avec le milieu extérieur ou destinés à être sécrétés (larmes, mucus, salive, lait). De plus, la lactoferrine est...

  • Le glutathion constitue un élément de base des défenses antioxydantes cellulaires. La fonction thiol joue un rôle majeur dans la modulation de la mélanogénèse. De fait, c’est la disponibilité de ....

  • Parmi les acides aminés les plus fréquents dans la composition des protéines, on trouve la leucine. Celle-ci est l’un des acides aminés essentiels, et revêt une importance particulière dans le métabolisme du muscle.  
    Les cellules sont le lieu d’un renouvellement permanent de leurs structures, les protéines étant dégradées (catabolisme) pour que de nouvelles soient synthétisées à leur place. Un acide aminé comme la leucine – ne pouvant être synthétisé de novo par l’organisme – est requis par le métabolisme cellulaire. Il intervient au niveau..
  • Les lignanes sont des composés non stéroïdiens, polyphénols polymérisés, d’origine végétale présentant une activité phytoestrogénique participant à la régulation des taux hormonaux, chez l’homme notamment. Elles ont également une activité antioxydante analogue à celle de la vitamine E.
    On trouve des lignanes dans les graines de céréales, le son et d’autres graines (lin, tournesol), dans les fruits (cerise, pomme, poire), dans le riz, l’ail, l’oignon et les huiles végétales [1].
    Les graines de lin possèdent 52 µg/100g de lignanes. C’est l’une des meilleures...